Un immense parc national polémique

Publié le par Axel M


Avec ce
parc national, finalement créé début 2007,
la Guyane a [...] ajouté un nouveau record à son palmarès. Le département de tous les superlatifs possède désormais le plus grand espace français du genre, bien plus étendu que tous les autres mis côte à côte.

 

Le projet avait été très officiellement annoncé par François Mitterrand lors du Sommet de la Terre à Rio. C’était en 1992. Quinze ans plus tard, victime d’une série de blocages, il sort à peine des cartons et déclenche régulièrement des polémiques. Amérindiens, Noirs marrons, élus, écologistes, orpailleurs, tout le monde s’en mêle et défend ses intérêts.

 

Ce qui est en jeu, c’est l’installation d’un immense périmètre dédié à la protection de la nature et au développement durable, s’étalant sur un gros tiers du département, du sud jusqu’au centre. Ce parc va permettre « enfin à la France de montrer une réalisation exemplaire », selon les mots de Jean-Jacques de Granville, conservateur de l’Herbier de Guyane.

 

Au Comité français de l’UICN [l’Union mondiale pour la nature], Florian Kirchner salue une « avancée concrète pour la préservation de la forêt », tout en se disant « extrêmement préoccupé par la situation engendrée en Guyane par les activités d’orpaillage illégal ».

 

Ce n’est en fait qu’en juin 2006 qu’un véritable projet a été présenté, après les échecs des avant-projets de 1995 et 1999. Une présentation qui est intervenue dans un contexte plus général de réforme de la loi de 1960 régissant les parcs nationaux, avec notamment l’intégration dans les nouveaux textes d’un chapitre consacré à celui de Guyane. Puis en février 2007, après une enquête publique, le décret de création du parc amazonien de Guyane a été publié au Journal officiel.

 

S’inscrivant dans le prolongement de son homologue brésilien des monts Tumuc Humac, il comprend une partie « coeur » de 2,03 millions d’hectares, soumise à une réglementation stricte, mais adaptée aux habitants « qui pourront [...] poursuivre leurs activités quotidiennes de subsistance », précise le service communication du parc.

 

Contiguë à cette zone « coeur », une « aire d’adhésion » libre pour les communes, devant atteindre 1,36 million d’hectares, doit permettre un développement durable.

 

Et l’une des questions qui déchirent les protagonistes impliqués dans le dossier est bien sûr de savoir si l’orpaillage sera admis. « L’activité minière légale n’est pas totalement exclue. Mais, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, elle pose de gros problèmes », concédait Colin Niel lorsqu’il était chef de la Mission pour la création du parc de la Guyane, sachant que « dans le “coeur” toute activité minière est interdite par la loi ». Dans l’« aire d’adhésion », en revanche, rien n’est encore décidé. La suite, c’est dans « Guyane française, l’or de la honte », publié le 26 septembre 2007 chez Calmann-Lévy.

  
Droits de reproduction réservés

Commentaire :

Je viens de faire paraître dans L' Ecologiste, été 2007, spécial Forêts, un article de deux pages sur le faux Parc National qui a été créé fin février en Guyane. J' avais déjà publié dans ce trimestriel un article sur la Guyane en juin 2003. J' étudie la Guyane depuis 1969, a été nommé membre d' honneur de la première association des amérindiens de Guyane en 1983, et ai vécu sur place de 1986 à 2000. Depuis, je sillonne l' Europe avec le film de Philippe Lafaix "La Loi de la Jungle". Je reviens maintenant du Portugal. J' ai passé un mois en Autriche : trente conférences, suivie d' une manifestatioin devant l' ambassade de France à Vienne. Même chose devant celle de Berlin, début janvier 2007.
commentaire n° 1 posté par : Thierry Sallantin

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kenza farahh 11/01/2008 14:44

c bien votre blog